JUNO 7

Requiem pour Me Dorval: «S’il n’y a pas de justice pour le bâtonnier, il n’y en aura pour personne»

requiem-pour-me-dorval:-«s’il-n’y-a-pas-de-justice-pour-le-batonnier,-il-n’y-en-aura-pour-personne»

Requiem pour Me Dorval: «S’il n’y a pas de justice pour le bâtonnier de l’ordre des avocats, il n’y en aura pour personne», a dit Mgr Pierre André Dumas.

Port-au-Prince , Haïti .- Comme annoncé, le conseil de l’ordre des avocats de Port-au-Prince, après les funérailles organisées en toute intimité par la famille du Me Monferrier Dorval, a fait chanter une messe de requiem, ce vendredi 18 septembre 2020, à la mémoire du bâtonnier de l’ordre Me Monferrier Dorval, assassiné le vendredi 28 août 2020. Conformément à la résolution de la Fédération des barreaux d’Haïti, des cérémonies du même genre, se tenaient dans les 17 autres juridictions d’Haïti. Requiem pour Me Dorval: «S’il n’y a pas de justice pour le bâtonnier, il n’y en aura pour personne»

Cette cérémonie religieuse a été concélébrée en l’église St Pierre de Pétion-Ville par l’Archevêque de Port-au-Prince , Max Leroy Mesidor et l’Evêque des Nippes, Mgr Pierre Andre Dumas à laquelle ont assisté Me Marie Suzy Legros, Bâtonnière a.i, Me Jacques Letang, président de la fédération des barreaux d’Haïti, des anciens bâtonniers Me Gervais Charles, Me Carlos Hercule, Me Stanley Gaston, de nombreuses personnalités comme l’ancien ministre de la justice Me Bernard Gousse, le recteur de l’Université d’Etat d’Haïti, Fritz Deshommes, le recteur de l’Université Quisquya, Jacky Lumarque et des membres de la basoche.

Monseigneur Pierre André Dumas, dans son homélie de circonstances a dit : «S’il n’y a pas de justice pour le bâtonnier de l’ordre des avocats, il n’y en aura pour personne». Ces paroles ont raisonné dans les parois de l’église et dans l’âme de chaque personne présente à cette messe. Car Me Dorval était gentil. Un homme qui a choisi de vivre pour son pays. Un homme qui a fait du Droit sa profession et son combat, le premier des avocats, défenseur de la veuve et de l’orphelin, dans la juridiction de Port-au-Prince.

«Nous constatons Seigneur qu’il y a trop de morts gratuits dans notre pays, trop de victimes innocentes, trop de crimes odieux, trop d’abominations sauvages et de destructions absurdes, et cela fait trop longtemps que cela dure. Il est donc le premier bâtonnier en fonction à être assassiné. Cela veut dire que nous vivons un moment historique.

Haïti a connu la dictature, les régimes militaires et toutes sortes de régimes, mais c’est la première fois qu’on assassine un bâtonnier en fonction. Cela veut dire qu’il règne un désordre total capital dans ce pays. Nous ne devons pas accepter ce qui s’est passé. Et nous ne devons pas permettre que cela se reproduise », a dit l’évêque Dumas, un prélat, connu pour sa grande sagesse et ses paroles sans demi-mesure.

De son côté le recteur de l’UEH, Fritz Deshommes a annoncé ” le prix d’excellence Monferrier Dorval”, créé pour récompenser les meilleurs travaux de mémoire en science juridique produits par les étudiants de l’université d’Etat d’Haiti où le bâtonnier a passé des décennies à former des étudiants.

Aussi, certains projets que Me Dorval tenait à cœur comme la poursuite des travaux autour de la réforme de l’enseignement du droit en Haïti, la restructuration des écoles de droit de Jacmel et des Gonaïves, la mise en place de deux programmes de master seront réalisés en sa mémoire.

Me Marie Suzy Legros, bâtonnier par intérim depuis l’assassinat de Me Droval et Me Stanley Gaston l’ancien bâtonnier ont tous deux eu recours à un champ lexical de combat et de lutte incessante en la circonstance. Le bâtonnier par intérim a déclaré que :

«La bataille ne fait que commencer». Et, Me Stanley Gaston de son côté a indiqué : «Préparez-vous à un combat de longue haleine. Dès la semaine prochaine, plusieurs barreaux du monde se porteront partie civile aux côtés de l’ordre des avocats de Port-au-Prince, et de la Fédération des barreaux d’Haïti. Justice pour le bâtonnier Dorval». Au milieu de tout ça, on sait que les avocats, membres du barreau de Port-au-Prince sont convoqués à l’extraordinaire, mardi 21 septembre 2020, pour une assemblée générale qui se tiendra au local de la Cour de cassation. Requiem pour Me Dorval: «S’il n’y a pas de justice pour le bâtonnier, il n’y en aura pour personne»

Pour sa part, l’ancien ministre de la justice et doyen de la Faculté de droit de l’Université Quisqueya, Me Bernard Gousse a balancé deux phrases sèches qui sonnent comme un appel à perpétuer la force et le combat de Me Dorval qu’il présente comme son ami : « N’ayez pas peur de défendre la justice ! N’ayez pas peur de déplaire ! N’ayons pas peur ! Yo pa gen bal pou nou tout !» Pour lui, la mort du Bâtonnier Dorval est un immense gâchis. Dans un pays où les compétences sont si rares, il est douloureux de voir détruite une sommité de notre droit qui s’est bâtie à la seule force de son travail, valeur qu’il plaçait au-dessus de toute autre.

« L’assassinat du Professeur Dorval lance un message lugubre à la société toute entière. Il s’agit d’un assaut contre le savoir, d’un complot ourdi contre les millions de parents qui suent le sang pour ouvrir une petite porte du succès à leurs enfants. Construire ce pays est impossible s’il est un panier avec lequel on essaie de puiser de l’eau. L’eau s’écoule immanquablement symbolisée par le sens du bien commun qu’on évacue, par la jeunesse qui vote avec ses pieds en s’exilant, par les compétences qu’on assassine. Et il reste dans le panier un fatras d’égoïsmes, de cupidité, de vulgarité et d’ignorance», a-t-il ajouté dans son discours.

Avocats et membres du conseil de l’ordre, vêtus de leur toge, munis de rabat et d’épitoge avec hermine de couleur mauve présents à l’église St Pierre de Pétion-Ville, pour prendre part à ce dernier hommage bien mérité à ce grand avocat, éminent professeur, ont été témoins de la remise de grade de commandeur décerné à titre posthume au bâtonnier Monferrier Dorval. C’est le neveu du bâtonnier, Fedler Athis, qui a reçu la distinction au nom de la famille. On lui a également remis une réplique du Bâton de St-Nicolas.

En savoir plus :

Jovenel Moïse nomme les nouveaux membres du CEP

Comment here