REZO NÒDWÈS

Petro Caribe|Décryptage de la version 3 : « Débarcadère de Saint Louis-du-Nord » – $$2 millions des 2.5 destinés au projet détournés sous l’administration Martelly-Evans Paul en juillet 2015

En juillet 2015, Michel Martelly venait de lancer Jovenel Moise sur la scène politique. Donc, il a fallu dépenser beaucoup d’argent tiré en particulier du trésor public – les fonds Petro Caribe – pour vendre l’image de cet illustre inconnu, sans aucune référence universitaire à Port-au-Prince e kap fè mounn la lwa jounen jodi-a. Il se trouve également que des fonds d’un projet à l’autre aient été désaffectés sans « respecter les bonnes pratiques en matière de gestion de projet« , critique la Cour dans son dernier rapport.

Un montant de cinq cent mille dollars américains ($ US 500,000.00) serait toujours disponible dans les comptes du BMPAD, estime la Cour, pour l’exécution du projet de « Débarcadère de Saint Louis-du-Nord ». La non mise en œuvre de ce projet en temps opportun représente une irrégularité ayant causé préjudice au projet et à la communauté qui vient de subir récemment de nombreuses pertes en vies humaines dans le bras de mer La Tortue/St-Louis du Nord.

Mercredi 2 septembre 2020 ((rezonodwes.com))–L’apprenti-dictateur Jovenel Moise devrait à coup sûr des explications à la population de Saint-Louis-du-Nord pleurant encore ses morts victimes d’un trafic maritime en débandade et sans contrôle. Un projet de construction d’une débarcadère jamais exécuté pour lequel, pourtant, a été adopté lors d’une résolution prise en conseil des ministres, le 15 avril 2015, un montant de $2 500 000, devait permettre aux voyageurs Saint Louis du Nord/Île la Tortue d’embarquer sans problème à bord d’un bateau quelconque sans avoir les chevilles trempées dans l’eau de la mer.

La Cour a procédé à l’examen du projet de « Débarcadère de Saint Louis du Nord » dont le but, selon les auditeurs, est de vérifier « si les acteurs impliqués dans sa gestion ont respecté les principes d’efficacité, d’efficience et d’économie« . Or, il se relève, selon les observations des documents au peigne fin que « le 15 avril 2015, deux millions cinq cent mille dollars américains ($ US 2,500,000.00) ont été adoptés en Conseil des ministres pour l’exécution de ce projet« .

Le 22 juillet 2015, Michel Martelly, seul maître à bord du pays et s’assurant d’une passation du pouvoir en douceur à son dauphin en février 2016, pour ensuite le reprendre – en février 2022 – à travers « yon ti pas kout« , a décidé en compagnie de son PM de facto, Evans Paul, de réviser le projet de débarcadère de Saint-Louis-du-Nord. Ainsi, une nouvelle programmation de ce projet a été adoptée en Conseil des ministres pour en diminuer le montant d’exécution. Le montant révisé pour ce projet devient donc seulement cinq cent mille dollars américains ($ US 500,000.00).

L’analyse de la documentation fournie par le Ministère des Travaux Publics, Transport et Communications (MTPTC), le Ministère de l’Économie et des Finances (MEF) et le Bureau de Monétisation du Programme d’Aide au Développement (BMPAD) révèle que « ce projet n’a pas été mis en œuvre par le MTPTC puisqu’aucun décaissement n’a été constaté au 30 septembre 2017« . Mais aucun document n’est retracé par la Cour sur l’utilisation des 2 millions désaffectés [détournés] par l’administration Martelly-Paul.

En ce qui concerne le processus de passation des marchés pour la construction du « Débarcadère de Saint Louis du Nord », le MTPTC n’a rendu disponible aucune documentation y relative : appels d’offres, contrats, avis de la Commission Nationale des Marchés Publics (CNMP), avis de la CSCCA, etc. Mise à part l’enveloppe budgétaire allouée pour à la réalisation de ce projet, le MTPTC n’a pas fourni à la Cour les données sur sa conception : pas d’évaluation des besoins, pas d’estimation des coûts, aucune information relative à la description des travaux, etc.

Comment here