REZO NÒDWÈS

Panama-Impunité: les deux anciens présidents accusés de blanchiment d’argent interdits de quitter le pays et tous les 30 jrs doivent signifier leur présence au Commissariat

panama-impunite:-les-deux-anciens-presidents-accuses-de-blanchiment-d’argent-interdits-de-quitter-le-pays-et-tous-les-30-jrs-doivent-signifier-leur-presence-au-commissariat

Voilà l’exemple concret comme toute réponse sérieuse à la lutte contre l’impunité. Le BINUH accepterait-il que des juges haitiens questionnent le président Jovenel Moise sur sa présumée participation dans la dilapidation des fonds de Petro Caribe, après le 7 février 2021 ?

La justice panaméenne interdit aux anciens présidents Martinelli et Varela de quitter le pays, qui font l’objet d’une enquête pour corruption.

les deux ont l’obligation de se présenter au tribunal tous les 30 jours

Vendredi 3 juillet 2020 ((rezonodwes.com))–Les anciens présidents panaméens Ricardo Martinelli (2009-2014) et Juan Carlos Varela (2014-2019) ne pourront pas quitter le pays en raison des mesures de précaution imposées par les autorités judiciaires après leur comparution jeudi pour deux affaires de blanchiment d’argent.

Les deux hommes sont arrivés au siège du parquet spécialisé dans la lutte contre la corruption, entre la foule et la pression, pour rendre compte de l’affaire  » Odebrecht  » pour ce qui est de Varela et de l’affaire  » News Business  » pour ce qui est de Martinelli.

« Nous sommes venus aujourd’hui pour nous conformer à la convocation du ministère (public). Comme je l’ai dit dans tous mes discours, personne n’est au-dessus de la loi. Tous les citoyens doivent être responsables« , a déclaré M. Varela aux journalistes, comme le rapporte le quotidien panaméen La Prensa.

Dans sa déclaration, Varela a de nouveau insisté sur le fait que l’argent versé par l’entreprise de construction brésilienne Odebrecht au parti panaméen pour les élections de 2009 et 2014 était des « dons« .

Dans son cas, Martinelli s’est conformé à la convocation mais a exercé son droit de ne pas témoigner, ce que son ancien vice-président lui a reproché. « Lorsque vous faites partie d’un processus et que vous êtes sûr de votre innocence, vous devez adopter la bonne attitude en matière de procédure : allez répondre », a déclaré M. Varela.

M. Martinelli, qui est accusé d’avoir acheté Editora Panamá América SA (EPASA) avec des fonds publics, a également fourni un « certificat d’incapacité » dans lequel son cardiologue l’a déclaré inapte entre le 1er et le 3 juillet.

L’ancien président a seulement pris la parole dans la salle d’audience pour plaider « non coupable de toutes les accusations« . À son départ, il a déclaré à la presse qu’il était poursuivi parce que Varela « est toujours en charge du ministère public ».

Interrogé sur la manière dont cela est possible, étant donné que Varela lui-même est également en procès, il a déclaré qu’en réalité son but est de « fermer » le groupe EPASA, qui publie « El Panamá América », « le seul média indépendant qui dit la vérité ».

Le même jour, Martinellí a également été convoqué pour témoigner dans l’affaire Odebrecht, mais son avocat a déclaré qu’il ne se présenterait même pas à l’audience. « Comment peut-il venir s’il est en incapacité », a-t-il dit.

La journée d’audience pour les anciens présidents s’est terminée par l’interdiction de quitter le pays pour les deux et l’obligation de se présenter tous les 30 jours pour Varela et tous les 15 jours pour Martinelli, qui a été extradé des États-Unis il y a deux ans.

Comment here