JUNO 7

Naomi Osaka, son activisme inspiré de l’histoire d’Haïti

naomi-osaka,-son-activisme-inspire-de-l’histoire-d’haiti

Naomi Osaka  s’engage en faveur de la lutte contre le racisme

Port de masques personnalisés, déclarations d’engagement, Naomi Osaka, autrefois timide, se positionne de plus en plus en faveur de la lute contre le racisme. A l’US Open, la tenniswoman de 22 ans s’est montrée très déterminée à défendre la cause des noirs. Elle a confié qu’il puisait son activisme de l’histoire d’Haïti.

“J’ai lu beaucoup de choses sur l’histoire d’Haïti”, a déclaré Naomi Osaka samedi lors d’une conférence de presse tenue après le match, en demandant ce qui a influencé son activisme. “Mon père en parle toujours. Mon petit ami aime beaucoup lire, alors il me passe des livres. … J’essaie de ne pas tirer la plupart de mes informations des nouvelles. J’essaie de me faire ma propre opinion.”

Durant tout le tournoi, elle a porté des masques noirs personnalisés, chacun portant le nom d’une personne différente qui a été tuée parce qu’elle était noire : Breonna Taylor, Elijah McClain, Ahmaud Arbery, Trayvon Martin, George Floyd, Philando Castile et Tamir Rice.

“Je me souviens clairement de la mort de Trayvon”, a tweeté Naomi Osaka le 7 septembre. “Je me souviens d’avoir été un enfant et d’avoir eu peur. Je sais que sa mort n’était pas la première, mais pour moi, c’est celle qui m’a ouvert les yeux sur ce qui se passait. Voir les mêmes choses se reproduire encore et encore est triste. Les choses doivent changer”.

“Vous avez eu sept matchs, sept masques, sept noms, Quel était le message que vous vouliez envoyer ?”, a demandé  Tom Rinaldi d’ESPN à Osaka après  sa victoire en finale de cette année.  Elle a répondu : “Eh bien, quel était le message que vous avez reçu, c’est plutôt la question. J’ai l’impression que le but était de faire parler les gens”.

En août, Naomi Osaka a refusé de jouer son match de demi-finale à l’Open Western & Southern et a rejoint les athlètes professionnels du monde du sport, en signe de solidarité a Jacob Blake, le noir qui reçu sept balles dans le dos de la part d’un policier de Kenosha, Wisconsin.

“Avant d’être un athlète, je suis une femme noire. Et en tant que femme noire, j’ai l’impression qu’il y a des questions beaucoup plus importantes qui nécessitent une attention immédiate, plutôt que de me regarder jouer au tennis”, a écrit Osaka dans une déclaration publiée sur Twitter en anglais et en japonais.

“Je ne m’attends pas à ce qu’il se passe quelque chose de dramatique si je ne joue pas, mais si je peux entamer une conversation dans un sport majoritairement blanc, je considère que c’est un pas dans la bonne direction. Voir le génocide continu des Noirs aux mains de la police me donne honnêtement mal au cœur. Je suis épuisé de voir apparaître un nouveau hashtag tous les quelques jours et je suis extrêmement fatiguée d’avoir cette même conversation encore et encore. Quand est-ce que ce sera suffisant ?”

Elle  s’est rendue à Minneapolis pour se joindre aux protestations contre la mort de Floyd a-t-elle expliqué dans un article publié dans Esquire.

“Je suis asiatique, je suis noire, et je suis une femme. … Je soutiens le mouvement pour défaire la police”, a écrit Naomi Osaka. “Par là, je ne veux pas nécessairement les éradiquer complètement. Une partie de leur financement – comme les plans de paiement aux policiers qui ont été condamnés pour des crimes – devrait être réaffectée à des mesures sociales au sein de la communauté : L’éducation, le logement et les programmes pour la jeunesse, qui sont si souvent négligés. Nous devons adopter une approche holistique de nos communautés et de la sécurité des uns et des autres”.

En savoir plus:

Liste des 23 joueurs du Brésil pour les matchs contre la Bolivie et le Pérou

Comment here