REZO NÒDWÈS

Jovenel Moise: « le peuple en a assez de discours creux, de promesses vaines…le pays s’enfonce chaque jour dans les ténèbres », écrivent les Evêques catholiques « condamnant avec vigueur l’assassinat de Maître Monferrier Dorval »

Des étudiants de la Faculté de Droit et des Sciences Economiques, en colère lundi matin, ont pointé du doigt l’apprenti-dictateur haitien, Jovenel Moise, dans l’assassinat du bâtonnier Monferrier Dorval. Selon eux, cet « usurpateur de titre » et chef de gang G9 fédéré an fanmi, a versé samedi des larmes de crocodile en s’empressant sans concertation de décréter « à l’oral » sans publication d’un arrêté, 3 journées de deuil national alors que celui-ci s’en foutait pas mal de la disparition de plus de 30 personnes durant la tempête Laura, et d’autant plus, il n’a pas songé à décréter auparavant une journée de deuil national à la mémoire des naufragés de l’Ile de la Tortue…

Lundi 31 août 2020 ((rezonodwes.com))–L’apprenti-dictateur haitien et son premier-ministre de facto, Joseph Jouthe, devraient revoir leur cahier dans leur façon de gérer ce dossier criminel, le plus spectaculaire après celui de Jean Dominique, personne n’est dupe. Avant les interrogations du lundi soir de la Conférence Episcopale d’Haïti, depuis samedi, beaucoup de déclarations sont venues condamner le meurtre de Me. Monferrier Dorval à son domicile dans le même quartier où habite le président.

Aujourd’hui, des haitiens habitant le secteur – sensé être le plus sécurisé du pays – ont dénoncé avoir noté une panne inhabituelle de courant électrique, également un feu d’artifice et l’absence remarquable de la police à l’entrée de Pèlerin 5.

Les Évêques catholiques d’Haïti ont, dans un communiqué publié lundi soir, « condamné avec vigueur l’assassinat de Maître Monferrier Dorval, Batonnier du Barreau de Port-au-Prince, ainsi que tous ces derniers assassinats par balles perpétrés dans le pays » sous le régime de l’apprenti-dictateur Jovenel Moise voulant faire le forcing pour demeurer au pouvoir au-delà du 7 février 2021, malgré les conditions déplorables dans lesquelles il a plongé le pays.

« Nous en profitons pour présenter nos sincères condoléances à la famille de la victime et au Barreau de Port-au-Prince« , ainsi les prélats viennent d’ajouter un cri de plus baigné dans l’indignation et de nombreuses interrogations sur le mobile d’un tel crime vendredi soir, non loin de la résidence du couple présidentiel. Ils ont poursuivi tout en relatant que « malheureusement cette réalité est devenue le quotidien de la population qui vit désormais sous le choc, le traumatisme, la colère, l’indignation, la révolte, l’inquiétude« .

Les Evêques font appel à un « sursaut citoyen national » pour empêcher que sous l’égide de Jovenel Moise qui s’est révélé un véritable incompétent que « le pays s’enfonce chaque jour davantage dans les ténèbres du marasme économique, de la souffrance, du désespoir ». Sans ce sursaut, ont averti les dignitaires catholiques haitiens « Haïti va sombrer à tout jamais dans le gouffre. Et nous serons tous perdants, gouvernants et gouvernés« .

Dans son intégralité, la Note de la Conférence Épiscopale d’Haïti sur les assassinats en série dans le pays.

Par la présente, nous, les Évêques catholiques d’Haïti, condamnons avec vigueur l’assassinat de Maître Monferrier Dorval, Batonnier du Barreau de Port-au-Prince, ainsi que tous ces derniers assassinats par balles perpétrés dans le pays. Nous en profitons pour présenter nos sincères condoléances à la famille de la victime et au Barreau de Port-au-Prince. Malheureusement cette réalité est devenue le quotidien de la population qui vit désormais sous le choc, le traumatisme, la colère, l’indignation, la révolte, l’inquiétude. Ce n’est pas seulement une atteinte extrême et grave à la vie, qui est ainsi banalisée, mais aussi à la justice, au droit, à la paix, à la convivialité sociale, au vivre-ensemble pour la construction d’une société juste, fraternelle, harmonieuse et pacifique.

les gangs armés ? le laxisme des autorités dénoncé.

Nous protestons de toutes nos forces contre cette insécurité endémique, la violence des gangs armés qui gangrène le pays, sème la mort, le deuil, l’affliction, la désolation et la peur dans les familles. Ces situations mènent Haïti tout droit vers l’abîme.

Pourquoi les autorités et les forces de l’ordre restent-elles indifférentes, les bras croisés, sans rien faire? Pourquoi le pays est-il livré aux mains des bandits et des assassins? Cela ne peut plus continuer. La population civile paisible n’en peut plus. Le peuple en a assez des discours creux, des promesses vaines et des enquêtes sans suite. Il veut et réclame tout de suite des actions concrètes et fortes pour éradiquer définitivement l’insécurité et l’impunité qui augmentent sa misère et le désespoir. Nous disons avec lui: Trop, c’est trop!

« le pays n’est ni dirigé ni administré ».

Si les responsables n’interviennent pas immédiatement, nous craignons que bientôt il ne soit trop tard. Le pays s’enfonce chaque jour davantage dans les ténèbres du marasme économique, de la souffrance, du désespoir. Il faut absolument un sursaut citoyen national, général, de toutes les forces morales et spirituelles du pays, sinon il va sombrer à tout jamais dans le gouffre. Et nous serons tous perdants, gouvernants et gouvernés.

Que Notre-Dame du Perpétuel Secours, Patronne d’Haïti, nous protège de tout mal et nous préserve de tout danger ! Suivent les signatures du Conseil Permanent de la CEH:

Comment here