HAITI 24 NEWS

Football – Ligue des nations – Timo Werner, leader d’attaque

football-–-ligue-des-nations-–-timo-werner,-leader-d’attaque

Timo Werner n’était même pas sur la feuille de match contre la République tchèque mercredi (1-0).  Préservé, il est de retour pour les matches les plus importants de l’Allemagne contre l’Ukraine samedi (20h45) puis en Espagne mardi (20h45). Le nouvel attaquant de Chelsea a même eu les honneurs de la conférence de presse de veille de match vendredi. Des signes d’un statut nouveau pour le natif de Stuttgart. 

Un jeu aguerri depuis son arrivée à Chelsea

En l’absence de Thomas Müller, meilleur buteur de la sélection en activité (38 buts en 100 sélections) mis sur la touche par le sélectionneur Joachim Löw, Timo Werner est le titulaire indiscutable au poste d’avant-centre avec la Mannschaft. Et ce n’est pas le but de l’inexpérimenté Gian-Luca Waldschmidt (25 ans, 5 sélections) en amical contre la République tchèque (1-0) qui va changer la donne. D’expérience, Timo Werner n’en manque pas (13 buts en 33 sélections). En quittant le championnat allemand propice à son sens de la profondeur pour s’aguerrir dans le bien plus rugueux championnat anglais, le buteur a gagné en puissance physique, désormais la meilleure alliée de sa pointe de vitesse, sa marque de fabrique à Leipzig. «Evidemment, on devient plus robuste en affrontant des joueurs plus puissants, a-t-il expliqué en conférence de presse ce mardi. Je me sens bien plus fort physiquement et j’espère pouvoir apporter dans ce domaine.» 

Après trois semaines d’acclimatation sous les couleurs de Chelsea, où il a été transféré cet été contre 53 millions d’euros, l’Allemand sort d’un mois d’octobre tonitruant, avec 4 buts en Premier League et trois en Ligue des champions (dont deux, sur penalty, contre Rennes). Egalement passeur décisif (trois passes depuis le début de saison), celui qui peut évoluer aussi bien dépanner sur le côté de l’attaque a appris à jouer avec des espaces plus réduits en Angleterre. «La perception des espaces y est différente, a-t-il assuré, j’espère que ça m’aidera avec l’équipe nationale.»

De retour à Leipzig

Conscient de l’apport de son attaquant star, son sélectionneur Joachim Löw n’a pas hésiter à saluer sa propension à désormais se créer lui-même ses occasions : «Il parvient à se créer lui-même la plupart de ses situations et fait preuve de sang-froid au moment de les convertir.» De quoi lui mettre la pression ? De nature impassible, Timo Werner en a vu d’autres. Il sait s’adapter, en témoigne son but lors de sa dernière titularisation contre la Suisse (3-3 le 13 octobre dernier). D’ailleurs, s’il est désormais plus complet, le numéro 9 de la sélection devrait vite renouer avec sa vitesse, histoire de coller avec les nouveaux principes de jeu de son sélectionneur. «Ces derniers temps, il (J. Löw) a voulu que l’on développe notre vitesse en transition, a-t-il remarqué. Avant, on essayait de jouer en faisant tourner le ballon comme au handball. Désormais, on doit changer notre approche et accélérer le jeu pour trouver plus d’espaces.»

Les espaces, il les a dévorés pendant quatre saisons à Leipzig, où il a inscrit 95 buts en 159 matches, propulsant le club dans une toute nouvelle dimension. De Leipzig, il en est précisément question puisque l’Allemagne y dispute ses deux matches à domicile de cet ultime rassemblement en 2020. Et Timo Werner ne boude pas son plaisir à l’heure de retrouver la RedBull Arena. «Je suis très heureux d’être de retour ici, a-t-il sourit, ces quatre années ont été fantastiques. J’ai comme l’impression d’être de retour de vacances.»

>> A LIRE AUSSI – Droit dans ses bottes, Joachim Löw ne veut plus du trio Hummels-Boateng-Müller

>> A LIRE AUSSI – Griezmann, Pogba, Kanté… L’heure de vérité pour ces leaders dans le dur

Le plus expérimenté d’un trio d’attaque de feu

A l’avant du trio d’attaque de la Mannschaft, Timo Werner, orphelin de son compatriote et partenaire en club Kai Havertz (21 ans), positif au Covid-19, sera entouré des non moins talentueux Serge Gnabry (25 ans) et Leroy Sané (24 ans). Et s’il a connu sa première cape (22 mars 2017 contre l’Angleterre) plus tard que ses compères, c’est bien l’ancien de Leipzig qui compte le plus de sélections avec l’Allemagne. Alors que Leroy Sané (25 sélections) avait connu une bien sombre première sous le maillot blanc au Stade de France lors du 13 novembre 2015, ses débuts tranchent avec ceux de Serge Gnabry, auteur d’un triplé un an plus tard à Saint-Marin. Depuis, l’aîné du trio d’attaque présente un bilan saisissant à ce niveau (14 buts en 15 sélections) et Sané est de retour après une longue absence sur blessure. De quoi affoler les défenses. «Nous sommes tellement rapides et si déterminés face au but, a déclaré Werner, sûr des forces de frappes devant. Je n’aimerais pas être dans la peau de l’équipe qui nous fait face.» Voilà l’Ukraine prévenue.

A lire aussi

The post Football – Ligue des nations – Timo Werner, leader d’attaque appeared first on Haiti24.

Comment here