REZO NÒDWÈS

Coronavirus – L’espérance de vie pourrait diminuer au niveau mondial, met en garde l’OMS

« La pandémie nous rappelle l’urgente nécessité pour tous les pays d’investir dans des systèmes de santé solides », a déclaré le directeur de l’organisation.

Mercredi 13 mai 2020 ((rezonodwes.com))–Dans un communiqué publié mercredi, l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS) a averti que l’espérance de vie dans le monde, qui est passée de 66,5 à 72 ans au cours des 20 dernières années de ce siècle, pourrait être réduite en raison de la pandémie de Covid-19.

« Les gens vivent plus longtemps et en meilleure santé. Le problème est que les progrès sont trop lents pour atteindre les objectifs de développement durable et seront inversés avec Covid-19 », a indiqué le communiqué de l’OMS, signé par le directeur général, Dr. Tedros Adhanom Ghebreyesus, de l’Éthiopie.

L’OMS souligne que bien que l’augmentation de l’espérance de vie soit réelle, il existe toujours un énorme écart entre les pays développés, où l’indicateur atteint 80,8 ans, et les pays en développement, où il est de 62,7 ans, selon les chiffres de 2016.

Selon les données officielles, en Amérique latine, les principaux pays sont le Costa Rica (79,6 ans), Cuba (79) et le Panama (78), tandis que les pays ayant l’espérance de vie la plus faible de la région sont la Bolivie (71,5 ans), le Guatemala (73,2) et la République dominicaine (73,5). Malgré l’écart important entre les pays riches et les pays pauvres, la différence s’est réduite jusqu’à présent au cours de ce siècle. Alors que l’espérance de vie moyenne dans les pays en développement a augmenté de 11 ans entre 2000 et 2016, elle n’a augmenté que de trois ans dans les pays plus développés.

Le rapport de l’OMS montre également des améliorations dans l’accès aux soins de santé pour la prévention de maladies telles que le VIH, le paludisme ou la tuberculose, ainsi que dans les services de maternité, qui ont contribué à réduire de moitié la mortalité infantile entre 2000 et 2018.

D’autre part, le rapport avertit que les progrès sont au point mort dans plusieurs domaines, tels que la vaccination et les soins pour les maladies non infectieuses, qui ont représenté 70 % des décès dans le monde en 2016, la plupart dans les pays en développement (85 %). À cet égard, l’OMS souligne que dans plus de 40 % des pays du monde, il y a moins de dix médecins pour 10 000 habitants et que, dans un monde où la couverture universelle gratuite reste une utopie, quelque un milliard de personnes consacrent chaque année au moins 10 % de leur revenu aux soins médicaux.

« La pandémie nous a rappelé l’urgente nécessité pour tous les pays d’investir dans des systèmes de santé solides, qui constituent la meilleure défense contre des épidémies telles que celle de Covid-19 et d’autres menaces auxquelles le monde est confronté chaque jour« , conclut le rapport.

Comment here